Retour au Menu    
Une présence.

Il n'y a plus d'espoir au-delà de la mort.
Voilà bien la pensée d'un humain bien vivant,
Empêtré dans sa vie, les soucis et le temps.
Imaginer nous dit que la raison a tort.

Chacun qui d'entre nous a eu à en souffrir,
Garde quelques soupçons sur ce qui est après.
Si la douleur est grande, le manque reste suspect,
Et derrière mes paupières, parfois je la vois rire.

Aux âmes bien trempées, le temps ne compte pas.
Et quand la vie fait mal, alors j'entends sa voix
Me parler simplement, me guider dans mes choix.

Sa présence me suit jusque dans ce sonnet
Qui lacère ma feuille avec difficulté.
Ici sa modestie brise ma volonté.

 

Retour au Menu  
© Dominique Vastra 2002