Retour au Menu    
Une petite histoire destinée à nous faire réfléchir sur nos responsabilités, au jour le jour.

L’entretien.

Avez-vous quelque chose contre les tests d’embauche ?

Bonne question ! Particulièrement lorsqu’elle est posée lors d’un entretien qui peut décider de l’obtention ou non d’un emploi. Peut-être la fin de la galère, la fin des doutes, la fin des patates, la fin des pâtes, etc… (Complétez selon votre expérience).

Vraiment, plus j’y pense, plus je trouve cette question judicieuse, même pertinente. J’oserai dire qu’elle frise le génie. Parfois les extrêmes se rejoignent, le génie le plus sordide côtoie l’imbécillité la plus fine.

Jusqu’ici tout allait bien.

Mais mon interlocuteur s’impatiente : « La question vous gêne peut-être ? »

Bien sûr qu’elle me gêne ta question. Tu sais bien qu’elle me gêne puisque tu l’a posée dans cet unique but. Pour me déstabiliser. Exprès. Méchamment. Na !

Bon, c’est pas le tout. Il me faut une réponse. Je pourrais faire dans le genre classique : « Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire. » C’est du « déjà vu ». Ca fait gagner du temps mais si ce type connaît son métier, il reviendra à la charge.

OK, j’y vais.

- « Je suis pour les tests d’embauche lorsqu’ils me sont favorables. »

-   « Vous êtes sûr ? »

-   « Oui. »

-   « Aujourd’hui vous êtes contre. »

Enfoiré, va ! ! !

                                                                                   

Coralexis Laurion.

Retour au Menu  
© Dominique Vastra 2002